Dernière mise à jour :
2001-07-19

Courriel du Chapitre



Chronique
earth

Chronique du Chapitre

bleu line

15 juillet

Dimanche, journée d'excursion

Encore une journée splendide. La liturgie solennelle se poursuit, cette fois en anglais. Messe spécialement solennelle. Le chœur de la paroisse Saint Pie V, qui est tenue par les frères, contribua à la solennité des chants. La soliste, débordant de voix et d'enthousiasme, fut remarquable ; le Fr.Brian Pierce aussi, qui s'accompagnait de sa guitare et se laissait aussi accompagner par la clarinette de Fr. Marchionda. A l'homélie du définiteur de la province de Californie le frère Bartolomé de las Casas fut largement cité. Il avait osé s'élever contre les autorités pour défendre, comme le bon samaritain, les Indiens ; y-a-t-il aujourd'hui un Bartolomé de las Casas pour défendre les exclus des autorités politiques, aussi dures contre eux que les conquistadors ?

A la sortie de la messe les divers autocars, selon une liste préalablement constituée, nous attendaient. Et nous nous sommes mis en marche vers Boston. Toujours par une autoroute qui traverse un paysage plat, très vert, avec tant d'arbres qu'on dirait une forêt, quoique "apprivoisée".

A Boston, certains allèrent visiter le musée des Beaux-Arts, d'autres directement au couvent de Saint Stephen de Dover, et la majorité à l'Université de Harvard. Un guide, étudiant, nous conduisit dans les lieux les plus significatifs de l'Université. Il nous encouragea en nous disant qu'il n'était pas nécessaire d'être très intelligent pour entrer à Harvard, même s'il fallait avoir quelques dispositions pour le sport. Une autre petite condition aussi : disposer de 35000 dollars par an.

Nous avons vu le centre des études scientifiques. Le bâtiment le plus beau est le Mémorial des Elèves de l'Université morts à la guerre "pour défendre l'unité de la patrie". La tour de l'édifice a été brûlée par des étudiants en 70. On vient d'achever sa reconstruction.

Et la bibliothèque. La seconde des Etats Unis, après celle du Congrès, et la plus grande de toutes les bibliothèques académiques. L'étudiant nous a dit qu'il y a là beaucoup de livres… sales et humides… si bien qu'elle est à peine utilisée par eux.

Partout on trouve le mot "veritas"; bien sûr, c'est la devise de l'Université. Cependant, poursuit notre conteur étudiant, alors que nous étions devant la statue de son fondateur Harvard, il y a plusieurs mensonges reflétés par la statue : ce n'est pas lui qui a fondé l'université, elle ne s'est pas fondée à la date que l'on lit sur la statue, et le monsieur représenté en bronze n'est pas le fondateur. Certains sont entrés au musée de l'Université où on peut admirer l'image la plus ancienne de saint Dominique.

Tous, ceux du musée et ceux de l'université, nous sommes partis, dans les autocars, pour le couvent de Saint Stephen, de cette province de San José, dans les environs de Dover. Nous avons traversé de si beaux sites, en cette si belle après-midi, que le chauffeur préféra ne pas nous conduire par le chemin le plus direct (certains disent qu'il s'est trompé). Le couvent fut un noviciat et aussi un studium de philosophie. Si ce n'était pas un lieu commun il faudrait qualifier l'endroit de "paradisiaque". Maintenant c'est une maison de spiritualité. Et c'est spirituellement que nous avons inauguré notre présence ici : par le chant solennel des vêpres.

Ensuite la spiritualité de la fraternité continua, stimulée par un barbecue, style américain, bien abondant et bien arrosé, préparé pour tous par ces frères, autour d'une piscine, spirituelle aussi car elle avait la forme d'une croix. Elles nous parurent courtes, les trois heures que nous avons passées là. Merci aux frères de Saint Stephen ! puce

(Traduit de l'espagnol)

 

Design & management : Fr. Yves Bériault, o.p.