Dernière mise à jour :
2001-07-30

Courriel du Chapitre



Chronique
earth

Chronique du Chapitre

bleu line

26 juillet

Sainte Anne, patronne du Québec

Saint Joachim et sainte Anne. Mais on célèbre surtout sainte Anne, parce qu'elle est patronne de la Bretagne française et du Québec. Le provincial du Canada, qui a présidé l'Eucharistie, a expliqué que ce furent les Bretons qui apportèrent la dévotion et le patronage de sainte Anne au Québec. Il est possible qu'ils y aient apporté aussi l'esprit d'autonomie face aux grands Etats. Dans son homélie il a souligné l'importance de ne pas oublier nos origines, la tradition qui nous a forgés peu à peu. C'est le jour des grands-parents, le jour où il faut savoir reconnaître ce que nous en avons reçu, le jour où il faut réfléchir sur la manière dont nous jouissons en communauté de la présence des aînés et les remercions de ce que nous leur devons. Aux côtés du provincial se trouvait le Fr. Yves Bériault, que nous ne nous lassons pas de féliciter pour le magnifique site web du Chapitre.

Travail en commissions. Dans l'une d'entre elles on a battu le record de discussion sur un mot, pour exprimer une opinion sur laquelle tout le monde était d'accord : 45 minutes. Nous espérons qu'on n'y reviendra pas en assemblée plénière. La commission de contemplation et celle des moniales ont tenu une réunion commune. Très intéressante. Les moniales ont commenté leurs expériences sur la contemplation et d'autres choses connexes, comme la vie commune, le discernement des vocations et la valeur curative de la prière.

Trois évêques de cette nation sont venus saluer les capitulaires, le nouveau et l'ancien Maître de l'Ordre. Mgr. Thomas Kelly a été clair en nous disant que les dominicains n'ont pas toujours été bien appréciés dans l'Eglise des Etats-Unis. En 1808, un prêtre séculier qui venait du jansénisme belge écrivit à son évêque que les dominicains étaient les responsables des affrontements continuels, de l'arrogance et du caractère violent des habitants du Kentucky. Les dominicains sont toujours là, et maintenant, a-t-il dit, l'Eglise a besoin des dominicains et de la Famille dominicaine.

Mgr. Bertrand Boland avait fait la connaissance de Fr. Timothy, alors prieur d'Oxford, lors d'une année sabbatique qu'il avait été passer avec les frères. Il a insisté sur la nécessité du dialogue comme de quelque chose de propre à notre prédication, à nos grandes figures comme saint Dominique, saint Thomas et Bartolomé de las Casas.

Mgr. Bernard O'Grady, évêque des Iles Salomon, a remercié pour tout ce que, tant Timothy que la province de Saint Joseph des Etats-Unis, ont fait et font pour son diocèse. La province a même donné un autre frère pour être son auxiliaire, Mgr. Chrys Cardone. Il a insisté sur la nécessité que les théologiens scrutent sans crainte les problèmes d'aujourd'hui, comme tous ceux qui se réfèrent à la bioéthique.

Le Maître les a remerciés de leur visite en ces termes : "Chers frères évêques, vous avez devant vous les non-évêques (allusion au sujet de discussion de ces jours-ci, à savoir si les frères coopérateurs doivent être appelés non-clercs ou non-ordonnés). D'après notre Constitution Fondamentale, nous sommes les coopérateurs de l'ordre des évêques. Il y a sûrement dans la salle des vocations à l'épiscopat : j'ai remarqué que certains caressent le badge qu'ils portent sur la poitrine comme si c'était la croix pectorale !" Et il a annoncé, à propos de la mention que l'un des évêques avait faite de Bartolomé de las Casas, qu'en novembre serait béatifié un autre Bartolomé, Frère Bartolomé des Martyrs, portugais, grand théologien de Trente, conseiller de l'évêque saint Charles Borromé. Précisément le 4 novembre, jour de la fête du Maître… et du Pape ! Sur le même ton détendu, il a dit qu'on discutait au chapitre sur l'opportunité de donner ou non aux évêques voix active et passive ; et il a terminé en les invitant à déjeuner avec les frères dominicains.

La liturgie de l'après-midi a commencé par une "entrée en prière", qui a consisté en un beau chant interprété par le provincial du Canada. Ceci, avant l'arrivée de tous et le début des vêpres, et après le son des clochettes, toujours maniées avec des gants blancs. Le président, Fr. André Villeneuve, à genoux, a allumé le cierge et il a ensuite entonné un chant à la lumière. Après cette note originale, les vêpres se sont déroulées avec l'habituelle solennité française.

Après le dîner, séance de vidéo. Un bon nombre de capitulaires ont tenté, conduits par Spielberg, d'aller à la recherche de l'arche perdue. puce

(Traduit de l'espagnol)

 

Design & management : Fr. Yves Bériault, o.p.