Chronicle of the General Chapter
Commissions of the general Chapter
Documents of the General Chapter
Media and the general Chapter
Section française du Chapirte général


Dernière mise à jour :
2001-08-08

Courriel du Chapitre

Dominican's Chapter Home PageCalendar of the General ChapterPictures of the General Chapter of providenceWebmaster of the General Chapter of Providence

Homélies
earth

Solennité de saint Dominique de Guzman

Homélie à la messe de clôture du Chapitre.

Fr. Carlos Azpiroz Costa, o.p. Maître de l'Ordre.

Document précédent Document suivant    bleu line

Mes frères et mes sœurs,

Comment se faire l'écho pour tous nos frères et nos sœurs de ce que nous avons contemplé, entendu, touché de nos mains à Providence ? Depuis 1220, les Chapitres se demandent la même chose. Bien avant l'invention de l'imprimerie, les modes de transmission aux provinces et aux communautés des échos, des décisions, du travail d'un Chapitre Général étaient prévues.

En effet, tous les frères vocaux devaient prendre avec eux au Chapitre Général un exemplaire du livre des Constitutions de leur Province. Les frères capitulaires devaient, avec soin et délicatesse, noter et introduire dans leur livre les changements décidés. Lorsque c'est le Chapitre Provincial qui était célébré, les Prieurs conventuels devaient prendre un exemplaire des Constitutions de leur communauté pour refaire soigneusement la même tâche. C'est ainsi que les frères signifiaient leur présence dans les Chapitres et que les frères présents aux Chapitres rendaient présents ces Chapitres aux communautés, transmettant matériellement l'écho de ce qui était traité et défini pour tout l'Ordre. Cependant, tous les frères ne faisaient pas leur travail de " copiste " ou de " glossateur " avec le même soin. De nombreuses confusions demeuraient quand même (nous n'avons pas beaucoup changé depuis).

Qu'ils sont beaux les pieds des messagers qui, descendants de la douce colline de Providence … annoncent la paix et portent de bonnes nouvelles aux frères ! Les " veilleurs " des provinces et des couvents nous attendent et annonceront notre arrivée avec des cris de joie (enfin, c'est ce que j'espère) : les Provinciaux et les Définiteurs reviennent avec un message !

Comment pouvons-nous à partir de maintenant répondre à l'invitation du fr. George (Schommer): Please, indicate that you are PRESENT? (Sil vous plait, veuillez indiquer que vous êtes présents) Comment présenter au monde le fruit de ces quatre semaines de travail ?

Les spécialistes de la Renaissance racontent que les grands artistes de cette époque, experts dans la peinture " fraîche ", dessinaient les grandes lignes de leurs œuvres et que leurs propres disciples continuaient le travail de finition, qu'ils donnaient vie et couleur aux détails. De la même manière, Dominique nous a laissé, magistralement dessiné (on l'appelait Maître Dominique), les traits délicats et fondamentaux qui ont donné vie à l'Ordre. Ses fils et ses filles ont poursuivit son œuvre durant près de huit siècles, donnant vie et couleur, précisant le trait par quelques touches magistrales et dans des contextes divers, à travers des langages et des cultures diverses, dans des géographies et des modes de présence divers …

Fra Giovanni di Fiesole, le " Beato Angelico ", dessinait dans ses œuvres (comme tant d'autres artistes) les portraits des frères des diverses communautés afin de donner à son art plus de vie et de réalisme.

Ainsi en est-il pour nous qui allons porter à nos communautés les annotations et les gloses en marge (l'amendement de tel paragraphe, le travail de la commission, une motion d'ordre, l'article 14 si souvent invoqué). Mais en plus, dans les textes approuvés, nous nous reconnaîtrons et reconnaîtrons le visage de nos frères. Dans telle pétition se laisse voir le geste fatigué du président d'une commission, manifestant une attitude magnanime après avoir lutté à bras le corps pour défendre son texte. Textes et phrases multiples, visages de frères et de sœurs, sourires, froncement de sourcils, toujours paroles de grâce et de vérité !

Durant ce mois, dociles à notre vocation apostolique, nous avons voulu annoncer la Parole, pour un motif précis ou non, corriger, ordonner, exhorter, recommander avec doctrine et patience …

L'Evangile nous rapporte que les apôtres " adorèrent Jésus, (et que) cependant, aucuns ne doutèrent ". C'est analogiquement la même chose pour nous, face aux décisions prises… Nous inclinons la tête, nous acceptons en obéissant mais aussi nous doutons. Nous doutons peut-être de l'effectivité des Constitutions approuvées, des commissions qui vont s'organiser, du Maitre de l'Ordre qui a été élu, des commissions que nous avons demandé …de l'efficacité de ce qui a été traité et défini.

Nous nous retrouvons ici, -" en haut "- dans cette splendide Eglise octogonale de Saint Dominique, regardant l'autel de la Parole et du Pain de Vie, contemplant quelques-uns de nos Saints dans ces beaux vitraux (parmi lesquels se trouvent ceux dont le Chapitre a demandé leur canonisation : Bartholomé de las Casas et sœur Thérèse Chikaba). Il semble que dans cette chapelle, une partie de nos désirs s'y soient cristallisés. " En bas ", dans l'octogone de la salle capitulaire sans fenêtre, la lumière est passé à travers le visage de chaque frère et de chaque sœur. Images vivantes de Dieu ! Quelqu'un s'est-il peut-être demandé en secret en plein débat : ce frère est-il vraiment Dominicain ? Mais oui, répond notre âme sereine : nous sommes vraiment Dominicains, nous aimons la vérité contemplée, professée, cherchée, comme l'on aime une personne … et nous voulons que le monde le sache.

Comme les frères en cette Pentecôte dominicaine (août, mille deux cents dix-sept), nous partirons … comme des semences jetées en l'air. Il n'est pas bon que le grain s'entasse et pourrisse. Le grain doit être semé " globalement ".

Saint Dominique, après de longs moments de contemplation pendant dans le nuit, avait l'habitude de passer par le dortoir, de regarder les frères et de les couvrir si cela était nécessaire. Voilà un geste qui révèle une exquise délicatesse maternelle.

Nous emporterons, gravé dans nos cœurs, ce que nous avons vu et entendu, ce que nous avons touché : le cadre magnifique du campus de Providence, l'ambiance qui nous entoure, la liturgie que le frère Jim et son équipe ont animé, le travail du frère George et de ses collaborateurs, les traducteurs et les interprètes … le spectacle magnifique que nos discussions les plus difficiles nous ont offert à tous.

Comme il serait bon que nous puissions offrir aux frères et aux sœurs des gestes semblables à ceux de Dominique ! Il ne nous viendra peut-être pas à l'idée de parcourir les cellules des frères la nuit pour les couvrir (les rencontrerions-nous ?), mais nous pourrions peut-être leur chanter une chanson (une berceuse !). Nous pourrions remplir notre cœur de la musique de Dieu et comme de nombreux provinciaux l'ont fait ces jours-ci, nous pourrions chanter une chanson. Ce serait là quelques-unes de ces gloses que nous allons offrir, les notes en marge, les échos du Chapitre de Providence. Nous voulons tous, en définitive, chanter la grandeur du Seigneur qui a regardé l'humilité de ses serviteurs.

Au cours des neuf années passées, frère Timothy nous a invité avec insistance à LOUER, BENIR, PRECHER ; à chanter une nouvelle chanson ! La Providence (Providence) " prend congé " de notre frère comme Maître de l'Ordre. Cher Timothy : tu ne t'en vas pas, tu demeures avec nous, tu es un frère Prêcheur jusqu'à la mort. De plus, tu seras toujours Capitulaire (à moins que d'autres pensent le contraire et te mettent la ceinture pour aller là ou peut-être tu ne voudrais pas - et ne serait-ce pas là la seule manière pour que tu serres ta ceinture ou utilise le ceinturon- qu'en penses-tu ?).

Tu nous a offert durant ces années, différentes notes musicales pour chanter une nouvelle chanson. Nous avons voulu faire comme toi à ce Chapitre :

DO Ensemble en Mission : Défis
RE Source de l'Espérance :Vie intellectuelle
MI Liberté et responsabilité dominicaines : Gouvernement-Economie-LCO
FA Promesse de vie : Vie fraternelle
SOL Les jeunes en formation : Vocations-Formation
LA Sainte Catherine, patronne de l'Europe : Famille dominicaine
SI Une vie contemplative : Contemplation-Moniales

Nous t'inviterons très souvent, une fois ou l'autre : Play it again Tim !

Je ne te fais pas mes adieux … puisque tu ne pars pas … Merci, mon frère et mon ami. Un Argentin succède avec fierté à son frère Anglais comme tu avais succédé avec fierté à un grand frère prédicateur, un véritable missionnaire itinérant irlandais.

Descendons de la colline de Providence … nous serons une semence jetée en l'air pour semer cette fois ce que nous avons recueilli ici. Ce sera pour nous une nouvelle manière d' " indiquer que nous sommes présents ".

" Acquitte-toi de ta fonction d'évangélisateur, rempli à la perfection ton ministère ". Mes frères et sœurs, l'Ordre est notre famille et c'est lui qui nous a sorti de notre mesquin et sauvage égoïsme, lui qui nous a acheminé vers le service de l'Eglise pour être prêcheurs de la Bonne Nouvelle.

Ayons toujours conscience de notre mission ; ayons le sens des véritables et profondes nécessités des hommes. Marchons pauvrement, librement, vigoureusement et amoureusement vers le Christ. Accomplissons avec joie, simplement, humblement, avec force et comme étant la volonté du Seigneur, le devoir qui découle des circonstances dans lesquelles nous nous trouvons. Faisons avec empressement, faisons bien et joyeusement ce que l'Eglise et le monde attendent de nous maintenant, même si cela dépasse infiniment nos forces et nous demande de donner notre vie.

LE Seigneur modèle notre argile et nous transforme en offrande pour les autres, illuminant et procurant chaleur comme le bois qui brûle pour le pauvre.

Obéissant à Timothy, je voudrais chanter une nouvelle chanson :

Seigneur, que notre vie soit
Comme une quena simple et droite
Pour que tu puisses la remplir
La remplir de ta musique.

Seigneur que notre vie soit
Argile souple en tes mains
Pour que tu puisses la former
La former à ta manière.

Seigneur que notre vie soit
Semence jetée en l'air
Pour que tu puisses la semer
La semer où tu voudras

Seigneur que notre vie soit
Humble bois toujours sec
Pour que tu puisses le brûler
Le brûler pour le pauvre.

Une nouvelle manière d' " indiquer que nous sommes présents ", vous ne trouvez pas ?
Le vote, cette fois, n'est pas clos … vivre les vœux et voter, c'est pour nous un mode de vie !
bouton

 

Design & management : Fr. Yves Bériault, o.p.