Chronicle of the General Chapter
Commissions of the general Chapter
Documents of the General Chapter
Media and the general Chapter
Section française du Chapirte général


Dernière mise à jour :
2001-07-23

Courriel du Chapitre

Dominican's Chapter Home PageCalendar of the General ChapterPictures of the General Chapter of providenceWebmaster of the General Chapter of Providence

Homélies
earth

Homélie pour les Laudes du
vendredi 13 juillet.

Fr. Guy Rivard, o.p.

Document précédent Document suivant    bleu line

Jour 4 du Chapitre général de Providence College

Journée de récollection et de réconciliation

Texte biblique: Col 3, 12-17

Au commencement était la miséricorde. Et la miséricorde était avec Dieu. Et la miséricorde était Dieu.

Et la miséricorde s'est faite chair. Et, l'Esprit aidant, nous avons vu sa gloire sur les traits du serviteur de Dieu, celui qui acceptait d'être la victime du péché du monde.

Voilà, en un mot, l'histoire du Salut. Voilà l'histoire de chacune de nos conversions. Mais voilà aussi l'histoire de S. Dominique et de l'Ordre.

Au commencement, il y eut l'immense bonté de Dieu, inséparablement compassion et miséricorde, descendue du ciel, déposée dans le coeur de Dominique comme une langue de feu. La miséricorde s'est faite chair dans ce coeur, par sa connaissance et par son prolongement. Puis tout le reste s'ensuivit. La parole du ps 84 fut accomplie. En lui, "amour et vérité se rencontrent; justice et paix s'embrassent." Cet homme a grandi, pur et beau, comme un lys. L'amour a donné lieu à la droiture, à l'oeuvre de vérité, à la paix joyeuse que rien - si ce n'est la souffrance de son prochain - ne pouvait arracher à cet homme d'évangile.

Puis l'Ordre a vu le jour, à l'image de S. Dominique. Et tous et toutes, nous faisons le même chemin. Et nous connaissons la joie de vivre dans cette maison de S. Dominique, témoins de cette danse des quatre dames de la maison: amour, vérité, justice, et paix; danse imparfaite, danse mal dansée, danse ressemblant souvent davantage à une bousculade qu'à une danse - mais qu'importe! danse toute belle, toute aimable, parce qu'on sait chacun des danseurs engagés jusqu'à la fin; danse belle et aimable, en raison non pas tant de son succès, que de son humilité, que de son caractère enfant et joyeux.

Les quatre dames de la maison - amour, vérité, justice, et paix - nous sont données à aimer et à vivre. Mais les quatre ne sont pas sur le même pied. Il en est trois qui nous réjouissent. Il en est une qui plus fondamentalement nous sauve. C'est l'amour, sous son aspect le plus beau: la miséricorde.

Peu d'entre nous je crois, en étaient conscients lorsqu'ils sont entrés dans l'Ordre, mais la plupart le sont après quelques années dans l'Ordre: c'est la miséricorde qui nous a admis dans l'Ordre, et c'est elle qui nous y garde. Et qui nous guérit et nous console. Qui nous relève, après l'échec ou la faute. Qui nous admet et nous ré-admet dans la joie du maître, autant de fois que nous nous en éloignons. Qui nous dilate et nous fait parvenir à des sommets de service que nous n'aurions jamais cru possibles pour nous. Cette miséricorde réciproque qui a sa source dans l'autre: la grande, celle de Dieu. Celle qui accomplit en nous le miracle du pardon de soi-même, par le moyen de ce "doux miroir" du regard de Dieu sur nous. Ce miroir qui fait que le péché qui hier nous épouvantait, aujourd'hui provoque sur nos lèvres un sourire compatissant, car ce péche, nous le voyons maintenant pour ce qu'il est au regard de Dieu - le seul vrai, le seul qui dure - une poussière que le feu de l'amour consume.

Cette miséricorde qui nous délivre de la tristesse du péché, qui transforme la vie en une possibilité toujours ouverte de joyeux recommencement, de salut; qui nous délivre, nous désintéresse de notre péché, et nous donne au contraire le goût d'entrer, comme Pierre Claverie, comme Pierre de Vérone, dans le sort sublime du Serviteur Souffrant qui nous l'a fait connaître.

C'est cette miséricorde qu'aujourd'hui nous rappelons et célébrons et accueillons. C'est à elle qu'aujourd'hui nous nous engageons de nouveau. Alors, célébrons, accueillons et engageons-nous à la miséricorde avec grande joie. Vivons cette halte de prière et de réconciliation dans un climat d'action-de-grâce. Car il est grand - vraiment grand - le mystère de la miséricorde qui nous a admis dans l'Ordre et qui nous y garde; le mystère de la miséricorde de Dieu, contenue entièrement et pour toujours sous les traits du Serviteur Souffrant, Jésus... bouton

 

Design & management : Fr. Yves Bériault, o.p.